Coronavirus – Retour sur notre confinement

Le 14 mars, nous sommes en route pour une semaine de vacances, en famille, direction la Bresse-Honeck dans les Vosges. A ce moment là, l’état commence à s’alarmer face au Covid-19 mais parle encore et toujours d’une « grosse grippe » donc nous sommes plutôt serein face à tout ça et bien décidés à profiter de notre famille pendant une semaine.

Le Samedi, nous profitons d’un déjeuner dans un restaurant italien où nous retrouvons Tatie Mel, Tonton PM et le cousin de Violette. Pizza, super dessert, le lendemain on se félicitera d’avoir bien profité de notre dernier resto; puisque le Monsieur Macron annonce la fermeture de tous les lieux recevant du public… Ok, là ça commence à sentir le roussi et on sent que nos vacances risquent d’être un peu amputées.

Deux jours plus tard, le couperet tombe, notre hôtel ferme ses portes et le confinement est annoncé. Les valises sont faites à la hâte afin de rentrer à la maison avant le lendemain midi, et nous entendons les « Nous sommes en guerre » du président,à la radio, dans notre voiture.

Dernier moment de liberté en pleine nature

Retour à la maison… Pendant les premiers jours de confinement j’ai énormément d’appréhension. Je suis habitué à être H24 avec Violette puisque je suis maman au foyer depuis Septembre 2019, mais être enfermée à la maison, sans voir personne, sans activité, et avec Valentin, H24, 7 jours sur 7, c’est une grosse angoisse ! On entend, à la télévision, des psychologues qui donnent des solutions pour éviter le divorce post-confinement, entretenir des relations familiales saines, etc. et les peurs augmentent. Mais au final, on trouve assez facilement un petit rythme et on apprécie de passer du temps tous ensemble et chacun dans son coin pendant quelques heures dans la journée.

Le matin, nous nous réveillions aux alentours de 8h30/9h (oui on a de la chance car Violette ne se réveille pas aux aurores), petit dej’ et trainage en pyjama pendant une petite heure. Ensuite, Papa prend Violette et notre chienne Lixy, pour aller faire un petit tour de quartier pendant une petite heure, pour que je puisse prendre ma douche et un peu de temps pour moi. Ensuite, c’est cuisine pour le déjeuner qui s’enchaîne par la sieste de Violette. C’est le moment où soit nous nous retrouvons un peu en couple, soit chacun vaque à ses occupations et regarde SA série/bouquine SON bouquin/ joue à SON jeu. Au réveil de mademoiselle, c’est moi qui part faire un petit tour de quartier pour que Valentin ai son moment tranquille à la maison. Vers 16h30/17h00 petit goûter en famille, puis on joue tous ensemble dehors s’il fait beau ou a l’intérieur. C’est à ce moment là, que le temps semble le plus long, les deux heures entre le goûter et le bain/repas… Ensuite bain pour Violette, « Tous en cuisine » à la télévision pendant la préparation du repas ; dîner puis coucher de Violette vers 20h30. 21h00, enfin posés devant la télévision en amoureux avant d’enchaîner sur une nouvelle journée.

Pendant le premier mois de confinement, cette impression de revivre en boucle la même journée et le besoin que j’avais de trouver toujours de nouvelles occupations pour Violette (peinture/pâte à sel/transvasement/jeux d’eau/dessin….) m’ont mis une grosse pression et j’étais assez vulnérable au coup de blues. Même si nos relations étaient plutôt apaisées, je sentais comme une boule d’angoisse au fond de mon ventre… Un truc qui attendait le bon (ou le mauvais) moment pour sortir.

Valentin a était rappelé par son boulot et il a reprit à mi-temps tous les matins. Lui avait comme un échappatoire, alors que moi j’étais enfermée dans cette boucle sans fin… J’ai commencé à le jalouser en silence et à me sentir un peu seule ; et, une nuit, après, plusieurs jours de mauvais temps et un énième réveil nocturne de Violette qui avait du mal à se rendormir, j’ai explosé.

Larmes, cris, besoin d’évacuer et de lâcher prise. A ce moment là, j’ai dû me remettre en question. Comme très souvent, j’étais seule à m’imposer une conduite qui n’était pas forcément ce dont j’avais envie et surtout besoin. Pendant, qu’on prônait l’apprentissage de nouvelles pratiques à la télévision et sur les réseaux, qu’on montrait ces nanas qui se mettaient au « 100% fait maison », ces fitgirls qui passaient leur journée à faire du renforcement musculaire, ces supers-mamans qui faisait l’école à la maison et en plus favorisait la confiance et l’autonomie de leurs enfant à travers des jeux, etc moi de quoi j’avais envie ? De quoi j’avais besoin ?

J’ai vu cette première partie de confinement comme une obligation à l’occupation, mais moi, nous, ce dont on avait besoin c’était peut-être de ne rien faire ?

J’ai lâcher prise. Dans notre petite routine qui c’était installée, j’ai plus facilement réclamé des moments en amoureux. Je me suis octroyé des moments seule à lire, même si Valentin et Violette étaient là. J’ai offert l’opportunité à Violette de jouer seule, d’explorer seule. Je lui ai proposé des activités quand j’en avais envie. Je l’ai laissé créer une relation avec Papa, même en étant à côté. Et bordel, ce second mois est passé à la vitesse de la lumière et j’étais juste bien.

Je me suis rendue compte que ce que je prenais pour du dynamisme était parfois de ‘l’hyper-activité », ce que je pensais être de l’organisation était plutôt un besoin de tout contrôler et ce que je voyais comme une éducation bienveillante, tendait peut-être à une relation trop exclusive avec ma fille.

Après ces deux mois de confinement, en famille, mais aussi face à moi-même, j’ai appris à un peu mieux me connaitre et me « contrôler » pour mon bien-être et celui des miens. J’ai profité de moments simple avec mon conjoint et ma fille. J’ai assisté à la construction d’une relation plus libre entre un papa et sa fille.

Avant, quand nous étions à trois, Violette venait instinctivement vers moi et moi vers elle, ce qui pouvait créer une certaine frustration pour Valentin, que je voyais mais dont je ne trouvais pas de solution. Aujourd’hui, après avoir eu papa et maman pour elle, elle va selon son envie vers son père ou vers moi et je fonds d’amour de les voir tout les deux !

Dans quelques jours, le déconfinement sera amorcé, notre vie va reprendre petit à petit. Papa va reprendre le chemin du travail à temps plein, et moi ma mission de Maman au foyer à 100% également. Et je suis nostalgique… et un peu craintive de voir la bulle, dans laquelle nous étions, éclater.

J’aimerai que le travail ne soit plus la ligne directive de notre vie, j’aimerai qu’une fois à la maison, les tensions professionnelles restent sur le pas de la porte, que nous ayons encore du temps pour nous et notre famille, et qu’on n’ai plus besoin de caser des occupations et des activités comme si notre bonheur en dépendait.

Bref, c’était une sacré expérience tout ça. Ça n’a pas était tout rose, ni tout gris. Je n’ai jamais eu envie d’étriper ma fille ou mon amoureux (alors que ça peut arriver dans la « vie normale »). J’ai eu 26 ans et mon Amoureux 28 (les amis, on a deux anniversaires à fêter à la sortie !). On a fait des apéros-visio. J’ai beaucoup cuisiné (et mangé…). J’en ressors grandit. Nous avons vu Violette évoluer à vitesse grand V. Mes parents et mes amis m’ont manqués et je pense qu’on va kiffer les retrouvailles. On est (je pense) plus soudé que jamais tous les trois.

C’était pas cool aux premiers abords, mais c’était quand même un peu cool en fait !

Et vous, ce confinement, c’était comment ?

2 commentaires sur « Coronavirus – Retour sur notre confinement »

    1. Exactement ! Après il y a des gens pour qui il était nécessaire et bénéfique de faire pleins de nouvelles choses, mais concrètement pour moi et ma famille, c’était juste important de se reconnecter à nous-mêmes et entre nous.
      J’espère qu’on se souviendra de ça une fois notre train-train sera revenu 🤔

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :