Phuket à 10 mois et demi

« Le voyage est le meilleur moyen de se perdre et de se retrouver en même temps. » Brenna Smith

En ce premier jour de l’année 2020, après avoir sifflé une bouteille de champ’, mangé du foie gras, fait un blind-test et dansé un peu, nous voilà à nouveau sur la route, direction notre premier grand voyage avec bébé Violette.

Des chaleurs torrides, des animaux sauvages, des maladies tropicales, pas de médecins, pas d’électricité, le bout du monde ! Voilà ce qui est venu à l’esprit de notre entourage quand on leur a annoncé (déjà bien avant la naissance de notre fille) que nous partirions en Thaïlande en Janvier 2020. Mais je vous assure, et vous le verrez à travers cet article, la Thaïlande avec un bébé c’est plutôt EASY !

Nous avions découverts la Thaïlande en amoureux en novembre 2017 lors d’un road-trip sur tout le triangle d’or puis d’une semaine de farniente au sud de Phuket.

Cette fois c’est parti pour 15 jours à Phuket avec notre bébé mais aussi avec Papy et Mamie qui, TOUS LES TROIS, ont fait leur premier gros voyage ! A la découverte de la plus grande île thaïlandaise de la mer d’Andaman, ses 48 kilomètres de long et ses 536Km2.

Le voyage :

Question organisation : nous sommes passés par LIDL Voyage pour réserver les billets d’avions et l’hôtel : nous avons payés 1550€/personnes pour 16 jours et 14 nuits, deux vols avec escales, et un hôtel quatre étoiles (thaïlandaises!). C’est la première fois qu’on passait par cette agence de voyage car en général on réserve via des Ventes Privées (oui Showroom et Veepee sont tes alliés voyages!) , mais tout s’est très très bien passé et nous en sommes satisfaits.

Phuket se situe à 9 780 kilomètres de Paris, nous voilà donc partis pour un voyage d’environ 16h : deux vols de 6h30 avec une escale de trois heures à Doha, avec la compagnie Qatar Airways.

Il est 6h00 et quelques quand nous arrivons à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle. Nous n’avons pas dormis ( sauf Violette ) puisqu’on a enchaîné fête du nouvel an et départ et on croise les doigts pour que le vol se passe bien et nous permette un peu de repos. Je vous avoue que ces deux vols me stressent, j’appréhende toutes ces heures avec une Violette qu’il va falloir occuper, mais en fait tout se passe très bien ! Elle a dormi (à l’aller et au retour) une bonne partie du voyage et lorsqu’elle était réveillée nous nous relayions pour l’occuper à coup de nouveaux livres, petits jouets, grignotages etc. Petit conseil que nous avions déjà appliqué lors de son premier vol pour Tenerife, faites boire vos petitous pendant le décollage et l’aterrissage afin qu’ils aient le réflexe de déglutition et évitent cette sensation de pression dans les oreilles.

Les bassinets peuvent être utilisé jusqu’à 11 kilos mais ils sont plutôt petits en taille …

Au retour, nous avons eu une place spéciale famille avec un petit berceau accroché à l’avant, mais nous ne nous en sommes pas servis! La fois où j’ai voulu la poser dedans elle s’est réveillée direct. Donc si vous voyagez avec un bébé et que vous n’avez pas ces places la, relativisez et dites vous bien qu’en vrai ce n’est pas vraiment nécessaire ; mais on a quand même bien plus de place pour les jambes et ça c’est quand même cool.

Lors de nos escales à l’aéroport Doha, Violette a pu se dégourdir dans plusieurs aires de jeux avec un sol en mousse, des toboggans, balançoires, etc.

Notre Hôtel :

Nous avons séjourné à l’hôtel T-Villa 4*, un petit hôtel de 75 chambres, situé dans le quartier de Nai Yang, au nord de l’île, à cinq minutes de l’aéroport de Phuket. Nous avions réservés deux chambres avec accès direct à la piscine, ça se présente comme des petites villas mitoyennes de 55m2, avec une jolie terrasse privative qui donne accès à la piscine qui serpente autours de ces 36 villas. Du coup on pouvait passer par notre terrasse pour aller dans la chambre de papy et mamie (ce qui leur permettait aussi de venir toquer à notre fenêtre pour qu’on ne loupe pas le petit dej!), et Violette pouvait faire sa sieste pendant qu’on faisait bronzette.

Il existe aussi 36 chambres dans un bâtiment de 3 étages qui donne sur une petite piscine à l’avant de l’hôtel et 3 villas privées de 140 m2 avec jardin et piscine au fond de l’hôtel. Forcément les prix diffèrent selon le choix de la chambre mais nous avons était plus que satisfaits des nôtres !

C’est un petit hôtel, loin des gros resorts mais qui n’a rien à leur envier au niveau des services. Tout le personnel est adorable (les thaïs en général le sont, mais il faut quand même le préciser), les chambres sont spacieuses avec en plus une douche extérieure plutôt sympa, l’hôtel est propre et bien entretenu. Les deux seuls bémols ce sont le buffet du petit dej’ qui était vraiment light avec peu de choix pour les petits déjeuners de type européens et des fruits souvent pas murs ainsi qu’une clientèle chinoise assez importante (rien de raciste la dedans, mais les chinois en Thaïlande sont plutôt bruyants et passent leur journée à se racler la gorge et cracher à tout va !).

Se déplacer à Phuket :

Pour nos déplacements de tous les jours, nous avions loués deux scooters. Oui, vous avez bien lu : nous avons roulés en scooter avec un bébé en portage sur son papa. Le scooter est vraiment le moyen de transport le plus pratique pour découvrir l’île mais attention, le code de la route en Thaïlande est plutôt … inexistant ?! Aussi, il vous faut une bonne dose de confiance en vous et en vos capacités de pilote !

En Thaïlande, on roule à gauche, on se klaxonne pour s’avertir qu’on se double et quand le feu est rouge on s’arrête ou on passe selon les situations (on n’a pas encore compris quand il fallait faire quoi par contre…). Mon conseil pour survivre à la conduite à Phuket c’est donc de suivre et faire comme les thaïs ! Tu passes quand ils passent, tu passes par où ils passent et tu serres les fesses en priant pour ne pas avoir un accident. J’ai un peu flippé au départ mais au final tout s’est très bien passés et Violette a juste a-do-ré le scooter, elle s’endormait dans la minute quasi à chaque fois (peut-être qu’elle fermait si fort les yeux en se disant à quel point ses parents étaient tarés, qu’elle s’endormait ?!).

Sachez que la location d’un scooter en 125m3 coûte 250 bath/jour soit environ 8 euros, et un plein environ 120 bath soit moins de 4 euros. L’île fait 49 kilomètres de long, par contre il y a pas mal de circulation et on peut rouler au max à 80km/h donc pour la traverser il faut compter deux heures. Prévoyez de faire les trajets en plusieurs étapes car j’ai appris à mes dépens que faire du scooter de façon prolongé ça défonce le c** ! (Bonjour la démarche de canard pendant 10 minutes en descendant du scoot)

Quand nous voulions sortir le soir un peu loin de notre hôtel, nous prenions un taxi. La par contre ça commence à coûter assez cher donc à moins que vous ayez un budget à rallonge ne comptait pas sur le taxi pour tous vos déplacements. Pour vous donner un exemple, Nai Yang – Phuket town, soit 30 kilomètres pour environ 45 minutes de trajet, vous en aurez entre 650 et 800 bath (20€/25€). C’est pas « énorme » mais je vous rappelle que la location du scoot à la journée vous coûte 8€; de plus le taxi n’est pas forcément plus safe car le siège auto en Thaïlande est inexistant donc je me retrouvais assise à l’avant avec Violette attachée comme on pouvait.

Phuket étant une île, il est également possible de prendre le bateau pour rejoindre une plage ou une île. Il y a pas mal de longtail (des sortes de grandes pirogues typiques) au bord de l’eau qui peuvent vous amener sur les plages alentours qui peuvent parfois être difficiles d’accès. Nous avons pris le longtail lors d’une excursion pour visiter quelques îles dans la baie de Phang Na.

Nous n’avons pas testé, mais j’ai lu dans pas mal de blogs de voyageurs qu’il était possible de se déplacer en bus pour pas cher ; mais honnêtement au vu de la circulation sur l’île je pense que ça doit rendre les trajets très longs et pas forcément confortables.

Et on mange quoi ?

Pour avoir déjà visiter la Thaïlande on savait à quoi s’attendre au niveau nourriture et je salivais déjà en pensant aux padthai et friedrice; mais pour Violette on avait quand même quelques doutes. Il faut savoir que Violette mange en morceaux et comme nous depuis ses 6 mois (on pratique la DME), donc à ce niveau là ça facilitait déjà les choses mais les thaï cuisinent très épicé donc je ne savais pas trop si cela serait adapté pour elle. J’avais lu sur plusieurs blogs qu’on pouvait trouver facilement de la nourriture pour bébé dans les supermarchés mais qu’ils pouvaient être assez onéreux et différents en goût par rapport aux marques européennes; donc j’avais embarqués quelques plats préparés Blédichefs dans la valise. Alert Spoiler : nous n’y avons pas touché !

Donc à Phuket on mange pas mal de plats à base de riz (riz blanc, nouilles de riz), du poulet (avec pleins de bonnes sauces !), de la seafood (crevettes, poissons, fruits de mer tout est frais !), et des légumes sautés. Comme je vous le disais la plupart des recettes sont assez épicées, pensez donc à demander que votre plat soit « not spicy » pour que vous puissiez le manger (attention il se peut que ça soit quand même un peu piquant…).

Violette s’est nourrit de « springrolls » (nems de légumes) et de riz blanc pendant 15 jours. Alors certes ce n’est pas très sain et équilibré mais c’est les vacances, deux semaines de « malbouffe » ne la tueront pas !

En Thaïlande on mange aussi énormément de fruit frais ! Sur les étals des marché vous pourrez les acheter au détail, coupés/préparés ou mixés en smoothie. Mangue (mamouang), fruits de la passion, papaye, goyave (farang), pomme rose (chompoo), mangoustine (mang kroot), litchis, longan et durian autant de fruits exotiques que vous n’aurez peut-être jamais goûté avant ! Violette a adoré boire des jus de mangue et d’ananas à la paille (qu’elle a apprivoisé durant le séjour!) et grignoter les minis clémentines et les mangoustines bien sucrées.

Nos coups de cœur à Phuket :

La Thaïlande offre un réel dépaysement, tout est différent à notre vie en France ; ça commence par le climat, forcément, qui est chaud et humide mais concrètement il est tout à fait tenable quand on survit aux canicules de juillet/août. En janvier, les températures oscillent entre 28° et 35° avec un ensoleillement de neuf heures par jours et quatre jours de précipitations par mois en moyenne. La chaleur est plutôt agréable quand on reste à l’ombre et en bord de mer mais c’est vrai qu’en plein soleil ou à Phuket Town à 12h00 on cuit un peu. Du coup avec un bébé on privilégie l’ombre des séquoias quand on décide de profiter de la plage et on évite les longues marches en plein soleil entre 11h00 et 14h00, un petit spray d’évian et de l’eau fraiche toujours dans le sac et le tour est joué.

A Phuket, on profite surtout des plages idylliques avec leur sable blanc et une eau turquoises à 28° mais il y a aussi beaucoup d’autres choses à découvrir ! Voici la liste non exhaustive de nos coups de cœur sur l’île :

Comme tout vacanciers à Phuket, nous avons surtout profité des belles plages et du soleil. On a adoré bronzer, jouer et ses promener sur la plage de Nai Yang (la plus proche de notre hôtel) car elle est très longue, le sable y est bien fin et la forêt de séquoias offrent des petits coins au frais pour siester tranquille ! On y trouve également plusieurs restaurants et autres vendeurs ambulants pour manger un bout entre deux plongeons. Depuis la grande plage de Nai Yang, on peut rejoindre à pied la plage de Mai Khao (une bonne vingtaine de minutes) ,qui se situe juste en face de l’aéroport, et voir les avions aterrir et décoller en nous passant juste au dessus de la tête ! Attention ! Il est normalement interdit d’y prendre des photos avec des flashs pour éviter un crash sur la plage …

Plage de Nai Yang

Banana Beach, est une petite plage à flan de falaise par laquelle on accède un peu sportivement (ou en longtail depuis Nai Thon). Elle est très jolie mais hyper bondée de par sa taille …

Plus au sud de l’île, nous avons apprécié la plage de Nai Harn (que nous avions découverts lors de notre premier voyage) qui est une grande plage au bord de laquelle on trouve énormément de stand de marché non alimentaires, et quelques petits restaurants. A quelques kilomètres, on trouve Laem Ka Beach, une petite crique de sable et de rocher plutôt sympathique mais un peu douloureuse pour les pieds (beaucoup de cailloux au bord de l’eau).

Petite sieste dans la pinède de la plage de Nai Harn

Si vous ne souhaitez pas forcément vous baigner mais juste apprécié la vue, je vous invite à découvrir la plage de Rawai (la plus au sud de l’île) avec son étendu de bateau de pêcheur et son marché au poisson ou bien la plage de Kamala pour son magnifique coucher de soleil.

Coucher de soleil sur la plage de Kamala

La ville de Phuket (Phuket Old Town) avec ses allures de villes cubaines, ses maisons colorées, clairement inspirée de l’époque coloniale portugaise. Il y fait bon de flâner, faire les boutiques et découvrir les petits bars et restaurants aux décos hyper exotiques.

Monkey Hill, pour le kiff de voir pleins de petits singes en liberté. C’est sans doute un des moments préférés de Violette qui imitait leur cris et les appelaient depuis le porte-bébé. Attention, ne pas oublier que ce sont des animaux sauvages et que nous sommes chez eux, il arrive qu’ils se sentent agressés et deviennent eux aussi agressifs alors on reste à bonne distance et on les respecte. (Je pose ça là car clairement on a vu quelques touristes se comporter, vraiment, comme des trous du c** avec eux…).

La baie de Phang Na qui avait déjà était un gros coup de cœur lors de notre première visite du pays avec ses grandes îles rocheuses qui ponctuent la mer. C’est dans cette baie que l’on trouve l’île de James Bond, Maya Baie et autres lieux hyper touristiques, mais il existe de nombreuses îles (privées ou non) qui sont tout aussi belles et moins fréquentées.

Le bouddha blanc, qui surplombe le sud de l’île, est toujours en court de construction mais offre déjà un spectacle assez grandiose. Nous ne l’avions pas fait lors de notre premier séjour mais clairement je ne regrette pas de nous y être rendu cette fois-ci. Le chemin pour y monter (bien que ça tourne) est plutôt agréable avec pas mal de jolis point de vus, et une fois la haut, on peut découvrir cet immense bouddha en marbre blanc, accompagnés de divers autres bouddha en or. Petit bonus, nous nous sommes fait bénir par un moine qui nous a offert un petit bracelet porte bonheur à tous.

24h après, nous étions au bout de notre vie avec 40 de fièvre tous les trois …

Enfin, on a aimé découvrir les différents marchés de nocturnes dont le Week-end Night Market à Phuket town, le grand marché de Nai Yang ouvert plusieurs soirs dans la semaine à partir de 16h00 ainsi que le Night Market de Patong où l’on peut manger de la streetfood directement sur place.

Les temples bouddhistes qu’on repère de loin avec leurs dorures et couleurs flashy permettent aussi une petite pause dans le temps où l’on se retrouve dans une ambiance mystique et religieuse qui permet de se ressourcer.

Un avis sur “Phuket à 10 mois et demi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :